Vous êtes ici: Accueil // En rapport avec la Réserve Naturelle, Son histoire // 1991 – 2005 : Odile Schiffli témoigne…

1991 – 2005 : Odile Schiffli témoigne…

A l’occasion des 30 ans de la Réserve Naturelle de la Petite Camargue les 4 Président(e)s successifs de l’Assoce Verte témoignent dans la presse locale de leur engagement pour la protection de ce milieu naturel exceptionnel.

Odile Schiffli nous parle de la période de 1991 – 2005 durant laquelle elle était présidente de l’association.

par Kristin Jurack, le 14/06/2012

Petite Camargue Alsacienne 30 ans de la réserve naturelle :
La structure du mouvement

Odile Schiffli devant la maison éclusière non loin du Kirchenerkopf, son endroit préféré.
La Petite Camargue Alsacienne, fête ses 30 ans cette année. L’occasion de se souvenir des débuts. Jeudi dernier, Chantal Boissay avait témoigné de la première décennie, Aujourd’hui, c’est à Odile Schiffli de résumer la deuxième.
« Cette Réserve est notre bébé, mais aujourd’hui nous n’en sommes plus qu’une petite partie. La Petite Camargue est devenue une grande institution qui tourne sans nous », constate Odile Schiffli avec nostalgie. C’est en 1991 qu’elle devient présidente des Amis de la Petite Camargue (aujourd’hui assoce verte). Jusqu’en 2005, l’Alsacienne originaire de Strasbourg s’engage pour la Réserve Naturelle.
L’agrandissement de la réserve
Pendant cette période, l’extension de la réserve naturelle et la réorganisation des structures ont été les grands projets. « Les 104 ha de l’eau vive devaient être rajoutés à la réserve. Nous voulions fermer la rupture entre les deux pôles de la réserve, entre l’Au et le Kirchenerkopf », explique Odile Schiffli. 18 000 signatures ont été recueillies et déposé devant le commissaire enquêteur lors de l’enquête publique : « c’était un grand carton », se souvient l’ancienne présidente.
Avec l’agrandissement de la réserve naturelle, une séparation des devoirs s’est profilée en 1994 : Jusque-là, les Amis de la Petite Camargue Alsacienne (APCA) et l’association du centre d’initiation à la nature de l’Au (ACINA) avaient fonctionné ensemble « avec les mêmes membres, les mêmes comptes, les mêmes cotisations. Mais dans le conseil d’administration de l’ACINA il y avait maintenant des hommes politiques et nous ne voulions pas dépendre du pouvoir public et des subventions », se souvient Odile Schiffli.
.
Changements de structure
Alors, l’ACINA et l’APCA ont été séparés, la première s’est chargée de la gestion et l’éducation sur l’environnement et l’APCA a regroupé les militants qui continuent à lutter pour la protection de l’environnement de la région frontalière. « Cette action de séparation abouti en 2000 à la création de l’association de la Petite Camargue Alsacienne ou les APCA ne gardent plus que deux sièges », poursuit-elle avec un léger regret dans la voix.
D’autres combats
Mais ce changement a permis aux Amis de la Petite Camargue de trouver d’autres devoirs : Ils créent l’association «Osez vélo », et rassemblent les forces écologiques de la région frontalière « en créant un collectif des associations avec six partenaires. Nous avons mené des actions fortes dont la station d’épuration de Sierentz, la lutte contre la chrysomèle, le gaucho et le bruit de l’Aéroport ».
Aujourd’hui, la Petite Camargue alsacienne est une institution officielle et stable. « Mais il nous fallait du temps pour changer les mentalités. On a accompli ce qu’il fallait faire », résume Odile Schiffli. Elle est toujours membre des APCA et adore se promener en Petite Camargue. Son endroit préféré c’est le Kirchenerkopf ou poussent les orchidées et l’iris de Sibérie.
.
par Jean-Christophe Meyer, le 13/06/2012

Petite Camargue alsacienne : 1991-2006, les années de l’accomplissement

Odile Schiffli, militante de toujours, a été présidente des Amis de la Petite Camargue alsacienne de 1991 à 2006. Pendant sa présidence, la réserve naturelle qui vient de fêter ses 30 ans, a connu une phase d’accomplissement, avec son extension, et l’association a élargi son champ d’action à la défense de l’environne-ment dans les Trois Frontières.
Découvrez l’article complet > cliquer ici

Copyright © 1975 - 2019 l’Assoce Verte. All rights reserved - Tous droits réservés